Pascal_By_Assoum_KamaraPhoto : Assoum Kamara

Né le 04 avril 1971 à Katiola
Pascal Nampémanla Traoré est originaire de la Côte d ‘Ivoire.
Il a fait une formation aux Beaux Arts d’Abidjan et y a obtenu un diplôme de Communication et Arts Graphiques en 1997.
En 2000, il arrive au Sénégal pour occuper un poste de Directeur Artistique dans une Agence Conseil en Communication Publicitaire et Marketing.
En 2004, son amour pour les Arts notamment  la photo, la peinture, le dessin et le design ressurgit.
Il fait une exposition de peinture intitulée « zieux dans zieux » pendant le Dak’Art 2004
Il se remet à la pratique des Arts visuels en touchant à tous les moyens d’expression qui s’offrent à lui.
En 2006, il est sélectionné pour la Biennale de Dak’Art avec une installation vidéo intitulée TEL EST LE VISEUR tiré de TELEVISEUR.
Après plusieurs expositions (photo et peinture) en 2008, et un workshop au Cap vert, il participe en 2009 comme photographe à la réalisation d’un Livre photo « Dakar Emoi ».
Son travail s’articule autour du thème de l’homme à travers des séries de portraits qui se limite au regard comme foyer ardent des sentiments humains profondément enfouies en chaque être.
Un autre thème qu’il aborde est celui de la ville de Dakar avec ses installations précaires mais pleines de sens, spontanées et combien inspirées et surtout utilitaires.
La nuit Dakaroise le fascine aussi avec ses silhouettes humaines à la fois furtives et fugaces, ses lumières comme des feux follets qui hante ses rues et croisent le chemins des noctambules.
Il travail actuellement sur les moutons de Tabaski. Thème dans lequel il mélange diverses expressions artistiques (vidéo, sculpture, peinture, graphisme, son et peinture).
Biennale Dak’Art 2010 il faitv deux expositions
La première Xaaliss Taxul (Installation vidéo sculpture graphisme peinture et son) à la mairie du pont E parle de la Tabaski. Elle évoque aussi l’occupation des espaces publiques par les moutons et leurs marchands à l’approche de la tabaski.
La deuxième à lieu dans la galerie Art et Afrique sous le phare des mamelles. C’est une installation de peinture et de son qui s’intitule wanter ! wanter ! elle parle de l’occupation des espaces de la ville de Dakar par les marchands de friperies.