WANTER WANTER
EXPOSITON INSTALLATION BIENNALE DAK'ART 2010

A LA GALERIE CONCESSION ART ET AFRIQUE

wanter_wanter_invitation2010

VOIR LA VIDEO DE L'EXPO WANTER WANTER

L'EXPOSITION

IMG_3388 IMG_3389 IMG_3393


IMG_3395 IMG_3396 IMG_3398


IMG_3400 IMG_3401 IMG_3405


IMG_3406 IMG_3408 IMG_3409


IMG_3414 IMG_3410 IMG_3411


IMG_3416 IMG_3419 IMG_3420


IMG_3422 IMG_3423
 

« Wanter ! Wanter !  est une métaphore de la braderie généralisée qu’est devenu le paysage médiatico-politico-religieux du Sénégal. Il est destiné à dénoncer l’atmosphère de corruption généralisée qui prévaut dans certaines sphères de notre pays.

Tableaux-Photos-Dessins
Chacun symbolisant une valeur, un principe, une qualité…
« Prix cassés dépêchez-vous !
Il n’en reste plus ! »
On se croirait dans un marché aux puces
On a bien sur installé
Un marché aux puces
D’un genre nouveau
Dans une galerie

Plusieurs dizaines de peintures de photos de dessins sur papier et cartons, autant d’objets d’art de petite et moyenne tailles, non encadrés ni même posés sur châssis.
Les objets sont accrochés autour de parasols comme dans un marché aux puces, ces marchés hebdomadaires qui ont lieu tous les mercredis sur le canal de FASS et ceux du Samedi sur le canal du FRONT DE TERRE.
Ces objets d’art représentent l’amour, l’amitié, la culture, la liberté de la presse, le culte religieux, la tolérance, la solidarité, l’enfance, la femme, les droits de l’homme etc…autant de thèmes qui sont mis à mal dans ce nouveau Sénégal.
Dans la salle en boucle, une bande sonore passe en boucle avec des enregistrements numériques, comme dans les marchés, et qui répètent inlassablement, automatiquement, wanteer ! wanteer ! wanteer !
Cette bande son est née d’un atelier fruit de la rencontre entre les artistes sonores Jean-Phillippe Renoult et DinahBird, preneurs chasseurs… pêcheurs de son et moi même. Dans le cadre des résidences de GAWLAB nous avons discuté de la possibilité d’habiller l’installation avec du son. Nous avons finalement décidé d’aller parcourir les rues de la gare Petersen. Dans ces ruelles, Jean-Phillipe et Dinah ont pêché un mélange complice et synchro des portes voix et des querelles de marchands avec leurs acheteurs.